Cliquer ici pour visiter la page d’accueil d’EUFIC
Sécurité alimentaire & qualité des aliments
Technologie alimentaire
Food Risk Communication
Nutrition
Santé & mode de vie
Maladies liées au régime alimentaire
Consumer Insights
(Uniquement en anglais)
Food for thought
(Uniquement en anglais)
EU initiatives
(Partiellement traduit)
Coup de projecteur sur
Energy Balance

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.



FOOD TODAY 10/2009

Améliorer les politiques prônant une alimentation saine en Europe

Food TodayLes mauvais choix alimentaires sont une source de préoccupation majeure et l’un des plus grands enjeux de santé publique du XXIe siècle. De nombreuses campagnes ont été lancées ces dernières années visant à inverser cette tendance et à encourager les gens à manger plus sainement tout en pratiquant une activité physique. Ont-elles été efficaces ? Sinon, comment y remédier ? Le projet EATWELL financé par l’Union européenne a précisément pour but d’apporter des réponses à ces questions.

Les mauvais choix alimentaires en Europe

La surcharge pondérale et l’obésité sont les manifestations les plus visibles d’une mauvaise alimentation ; cependant la qualité du régime alimentaire a également son importance : les populations occidentales ne consomment pas assez de fruits, de légumes et d’acides gras oméga-3 mais consomment au contraire beaucoup trop d’acides gras saturés, de graisses trans, de sel et de sucre.

La surcharge pondérale (indice de masse corporelle ou IMC compris entre 25-29,9) concerne 30 à 80 % des adultes européens et l’obésité (IMC ≥ 30) augmente de manière spectaculaire, touchant plus d’un adulte sur quatre dans certains pays (comme l’Italie et l’Espagne).1 La tendance à l’obésité est particulièrement alarmante chez les jeunes, sachant que 20 % des enfants et des adolescents sont en surpoids et qu’un tiers d’entre eux sont obèses.2

L’obésité a des conséquences négatives sur la qualité de vie, augmente le risque de survenue d’autres maladies chroniques (maladies cardiovasculaires, diabète de type 2) et peut conduire à une mort prématurée. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l'obésité est déjà à l'origine de 2 à 8 % des dépenses de santé et de 10 à 13 % des décès.3 La surconsommation de sel, de sucre et de graisses saturées et la sous-consommation de fruits et de légumes sont responsables de près de 70 000 décès prématurés par an au Royaume-Uni seulement.4 Une mauvaise hygiène alimentaire n’a pas seulement des conséquences délétères sur la santé des citoyens européens : elle alourdit aussi la facture économique par l’absentéisme, l’augmentation des frais d’assurance et un recours accru aux services de santé. Pour répondre à ce phénomène, les États membres de l’Union européenne ont lancé plusieurs interventions nationales afin de promouvoir l’activité physique et une alimentation saine, et encourager notamment la consommation de fruits et de légumes, la création d'un modèle d'étiquetage des aliments et l’amélioration des repas proposés dans les cantines scolaires tout comme dans le secteur public. Il s’agit d'encourager des choix alimentaires plus sains. Cependant, ces interventions ont rarement été évaluées de manière systématique.

Le projet EATWELL

Le projet EATWELL, dont l’intitulé exact est « Interventions to Promote Healthy Eating Habits: Evaluation and Recommendations », est un projet multicentrique d’une durée de trois ans et demi financé par la Commission européenne (d’avril 2009 à octobre 2012). Son objectif est d’élaborer un recueil de bonnes pratiques pour que les États membres de l’Union puissent concevoir des interventions publiques appropriées de nature à encourager une alimentation plus saine.

Ce projet regroupe neuf partenaires européens, dont des universités, des instituts et des organismes à but non lucratif renommés, ainsi que des représentants de l’industrie agroalimentaire et d’agences de communication. Ils travailleront ensemble et partageront leur expertise en matière de comportements des consommateurs, de nutrition, d’économie, de communication et de politiques de santé.

Les leçons du passé

EATWELL cataloguera les interventions sur la nutrition et les bonnes habitudes alimentaires ainsi que les évaluations des campagnes correspondantes. Il exploitera aussi l’important corpus de données secondaires disponibles dans les différents pays de l’Union européenne et ailleurs dans le monde sur les aspects en rapport avec le caractère « sain » des régimes alimentaires. Ces données ont insuffisamment été exploitées dans l’évaluation des politiques nutritionnelles et seront donc prises en compte dans le projet. Cela donnera à l’équipe EATWELL un aperçu des actions entreprises et l’aidera à identifier leurs éventuelles lacunes, ainsi que les raisons de leur réussite ou de leur échec.

Certaines interventions peuvent évidemment être mieux accueillies que d’autres ; différents groupes de population peuvent avoir leurs propres appréciations sur ce qu’est une alimentation saine et sur le degré d’implication des gouvernements dans les questions de choix alimentaires. Dans un second temps, le projet EATWELL comparera les réactions du public vis-à-vis des interventions alternatives, tant au niveau national qu’au niveau individuel, avec un intérêt particulier pour différents sous-groupes de population (famille avec ou sans enfants, niveau de scolarité, etc.). EATWELL cherchera également à évaluer à quel point les autres intervenants (fabricants, détaillants, associations non gouvernementales) ont accepté ces interventions.

Le secteur privé possède une expérience considérable des outils permettant d’influencer les choix alimentaires des consommateurs. Les leçons à tirer de cette expérience feront donc l’objet d’une attention particulière, notamment pour les initiatives publiques destinées à promouvoir une meilleure alimentation.

Impact des interventions

Lorsque les campagnes auront été identifiées et que les méthodes d’évaluation auront été fixées, l’impact sur la santé et la qualité de vie des consommateurs ainsi que les coûts et les économies pour la société seront évalués. Il sera alors possible de mesurer la rentabilité de ce type de campagnes. Cette évaluation tiendra également compte des résultats concernant l’acceptation du public.

Amélioration des futures politiques en faveur d’une alimentation saine

A partir de cette analyse, les partenaires du projet élaboreront plusieurs modèles de comportements de consommateurs, construiront des méthodes harmonisées d’évaluation des interventions et formuleront des recommandations pour l’évaluation des futures interventions. Un guide de bonnes pratiques répertoriera les actions appropriées et acceptables à l’échelle de l’Europe et des États membres. Ce guide précisera aussi les modalités de leur transposabilité à différentes cultures.

http://www.eatwellproject.eu/

Références

  1. Berghöfer A et al. (2008). Obesity prevalence from a European perspective: a systematic review. BMC Public Health 8:200.
  2. WHO Europe (2007). The challenge of obesity in the WHO European Region and the strategies for response.
  3. WHO Europe website. Obesity section.
  4. UK Cabinet Office Strategy Unit (2008). Food Matters: Towards a strategy for the 21st Century.
Podcasts liés
Obésité, Comportement alimentaire, Healthy eating, Choix de l'alimentation, Activité physique
Graisses, Maladies liées au régime alimentaire, Healthy eating, Choix de l'alimentation, Omegas, Acides gras trans
À PROPOS DE L'EUFIC
Le Conseil Européen de l'Information sur l'Alimentation (EUFIC) est une organisation à but non lucratif qui fournit aux médias, aux professionnels de la santé et de la nutrition et aux enseignants des informations sur la sécurité sanitaire & la qualité des aliments ainsi que sur la santé & la nutrition s'appuyant sur des recherches scientifiques en veillant à ce que ces informations puissent être comprises par les consommateurs.

En savoir plus
Date de la dernière mise à jour du site : 14/04/2014
Afficher tous les résultats de recherche