Cliquer ici pour visiter la page d’accueil d’EUFIC
Sécurité alimentaire & qualité des aliments
Technologie alimentaire
Food Risk Communication
Nutrition
Santé & mode de vie
Maladies liées au régime alimentaire
Consumer Insights
(Uniquement en anglais)
Food for thought
(Uniquement en anglais)
EU initiatives
(Partiellement traduit)
Coup de projecteur sur
Energy Balance

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.



FOOD TODAY 07/2008

Rapport entre activité physique intensive et poids de santé

Food TodayL’activité physique joue un rôle dans l’état de santé et le mode de vie et devrait faire partie de la routine quotidienne de chacun. Compte tenu de l’accroissement du phénomène de l’obésité et des problèmes de santé qui lui sont associés, l’activité physique est en effet plus importante que jamais.

Chacun sait que la fréquence et la nature de l’activité physique jouent un rôle significatif pour la santé comme pour le poids. L’excès de masse grasse est nocif pour l’organisme car il exerce une surcharge sur les articulations ainsi que sur les tissus et augmente le risque de certains cancers (y compris cancer de l’intestin, du sein et du rein), de diabète et de maladies cardiovasculaires. Par conséquent, les personnes qui pratiquent régulièrement une activité physique peuvent non seulement maintenir un poids de santé, mais aussi atténuer leur risque de développer des maladies chroniques, tout en préservant la santé de leurs os et de leurs articulations.

Poids de santé

Il existe plusieurs tranches de poids : maigreur, poids normal, surpoids ou obésité, selon l’indice de masse corporelle (IMC). L’IMC se calcule en divisant le poids (en kg) par la taille au carré (m2). Par exemple, l’IMC d’une personne qui mesure 1,82 m et pèse 75 kg, sera de 75/(1,82)2, soit 22,64 kg/m2. Ce chiffre permet de déterminer dans quelle catégorie de poids se situe la personne en question.

Les catégories d’IMC pour les adultes sont les suivantes :

 IMC  Catégorie
 < 18.5  Maigreur
 18.5 – 24.9   Poids normal
 25 – 29.9  Surpoids
 30+  Obésité

Il faut toutefois savoir que l’IMC ne fait pas la différence entre la masse musculaire et la masse grasse. Les personnes physiquement en forme et très musclées peuvent en fait être considérées comme en surpoids ou obèses au regard de l’IMC, alors qu’une bonne partie de leur poids s’explique par l’importance de leur masse musculaire. Les chercheurs tendent à s’accorder pour dire que le tissu adipeux, plutôt que le poids total, est un meilleur indicateur de l’état de santé et du risque de maladie. C’est pourquoi la mesure de l’IMC doit être complétée par celle du tour de taille, qui fournit une indication sur la quantité de tissu adipeux abdominal. Le tissu adipeux abdominal est étroitement corrélé à différentes maladies. Plus la graisse abdominale est importante, plus le risque de développer un diabète de type 2, une hypertension artérielle et une maladie cardiaque coronarienne est élevé. Un homme en bonne santé doit avoir un tour de taille inférieur à 102 cm alors qu’une femme en bonne santé doit avoir un tour de taille inférieur à 80 cm.

Tissu adipeux et activité physique

Le tissu adipeux (gras) est composé de cellules adipeuses. Sous l’influence des hormones, les hommes sont plus susceptibles d’accumuler un excès de tissu adipeux au niveau de la taille, alors que les femmes sont plus susceptibles de stocker la graisse en fines couches sous la peau, ainsi que sur les hanches et les cuisses. Plus l’accumulation de tissu adipeux est importante, particulièrement au niveau de la taille, plus le risque de développer des problèmes de santé augmente.

Le niveau d’activité physique (NAP) d’un individu, correspond au rapport entre sa dépense énergétique totale et sa dépense énergétique de repos au cours d’une journée (24 heures). Plus une personne est active, plus son niveau d’activité physique est élevé. Un niveau d’activité physique bas correspond à une valeur inférieure à 1,49, un NAP moyen à une valeur de l’ordre de 1,5 et un NAP élevé à une valeur supérieure à 1,9.

Les recherches montrent qu’il existe un rapport évident entre l’activité physique intensive et la stabilité pondérale1,2. L’activité physique intensive est une activité qui accélère la fréquence cardiaque et la fréquence respiratoire (autrement dit qui provoque un essoufflement) et nécessite un effort prononcé. Parmi les activités physiques intensives figurent la course à pied, la bicyclette à un rythme rapide, l’exercice aérobique et les sports de compétition comme le football, le hockey et le volley-ball.

Les recherches menées sur les enfants et les adolescents ont montré que ceux qui se livrent à une activité physique relativement importante ont moins de tissu adipeux que ceux qui ne font pas d’exercice3,4. Les enfants européens âgés de 9 à 10 ans qui pratiquent une activité physique vigoureuse plus de 40 minutes par jour ont moins de tissu adipeux que ceux qui ne font que 10 à 18 minutes d’activité physique intensive par jour2.

Les études laissent penser qu’un niveau d’activité physique de l’ordre de 1,8 est nécessaire pour éviter de prendre du poids1. Ce niveau d’activité physique de 1,8 correspond à une activité physique modérée, c’est-à-dire rester debout ou marcher comme le font les femmes au foyer, les vendeurs, les serveurs de restaurant, les mécaniciens ou les commerçants5,6. Pour parvenir à la recommandation de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) de 30 minutes d’activité physique presque tous les jours de la semaine, il faut dans la plupart des cas prévoir une activité physique supplémentaire au cours de la journée. Ceux qui pratiquent une activité physique intensive auront un niveau d’activité physique plus élevé parce qu’ils dépensent plus d’énergie.

Inversement, les recherches ont montré qu’un niveau d’activité physique faible ou moyen est significativement lié à une augmentation du tissu adipeux chez l’homme, comme chez la femme. En conséquence, il faudra marcher 60 à 90 minutes à pas vif ou pratiquer une activité d’une intensité équivalente chaque jour pour dépenser suffisamment d’énergie et maintenir son poids1. Bien que la réduction des apports caloriques puisse contribuer au maintien de l’équilibre énergétique, cela n’apporte pas les bénéfices associés à l’activité physique.

En conclusion

Pour réduire la quantité de tissu adipeux et retirer les bénéfices pour la santé que procure une activité physique pratiquée régulièrement, il faut essayer d’inclure une activité physique à sa routine quotidienne. L’OMS recommande au moins 30 minutes d’activité physique régulière d’intensité modérée la plupart des jours de la semaine pour réduire le risque de maladie cardiovasculaire et de diabète, de cancer du côlon et de cancer du sein7. Une activité plus intensive pourra être nécessaire au maintien du poids.

Pour mieux comprendre le rôle important que jouent les apports et la dépense énergétiques, l’EUFIC a mis en ligne une nouvelle section sur son site Web intitulée « Équilibre énergétique ». Vous pourrez y personnaliser des outils interactifs qui vous renseigneront sur vos besoins énergétiques et votre niveau d’activité physique.
www.eufic.org/block/en/show/energy-balance/

Références

  1. Erlichman J, Kerbey AL, James WP. (2002). Physical activity and its impact on health outcomes. Paper 2: Prevention of unhealthy weight gain and obesity by physical activity: an analysis of the evidence. Obesity Reviews 3:273-287.
  2. Ruiz JR, Rizzo NS, Hurtig-Wennlöf A, Ortega FB, Wärnberg J, Sjöström M. (2006). Relations of total physical activity and intensity to fitness and fatness in children: the European Heart Health Study. American Journal of Clinical Nutrition 84(2):299-303.
  3. Ekelund U, Sardinha LB, Anderssen SA, Harro M, Franks PW, Brage S, Cooper AR, Andersen LB, Riddoch C, Froberg K. (2004). Associations between objectively assessed physical activity and indicators of body fatness in 9- to 10-y-old European children: a population-based study from 4 distinct regions in Europe (the European Youth Heart Study). American Journal of Clinical Nutrition 81(6):1449–50.
  4. Gutin B, Humphries MC, Barbeau P. (2005). Relations of moderate and vigorous physical activity to fitness and fatness in adolescents. American Journal of Clinical Nutrition 81(4):746–50.
  5. Black AE, Coward WA, Cole TJ, Prentice AM. (1996). Human energy expenditure in affluent societies: an analysis of 575 doubly-labelled water measurements. European Journal of Clinical Nutrition 50:72–92.
  6. German Nutrition Society, Austrian Nutrition Society, Swiss Society for Nutrition Research, Swiss Nutrition Association. (2002). Reference values for nutrient intake. Frankfurt/Main: Umschau/Braus: German Nutrition Society.
  7. www.who.int/dietphysicalactivity/pa/en/index.html
À PROPOS DE L'EUFIC
Le Conseil Européen de l'Information sur l'Alimentation (EUFIC) est une organisation à but non lucratif qui fournit aux médias, aux professionnels de la santé et de la nutrition et aux enseignants des informations sur la sécurité sanitaire & la qualité des aliments ainsi que sur la santé & la nutrition s'appuyant sur des recherches scientifiques en veillant à ce que ces informations puissent être comprises par les consommateurs.

En savoir plus
Date de la dernière mise à jour du site : 17/04/2014
Afficher tous les résultats de recherche