Cliquer ici pour visiter la page d’accueil d’EUFIC
Sécurité alimentaire & qualité des aliments
Technologie alimentaire
Food Risk Communication
Nutrition
Santé & mode de vie
Maladies liées au régime alimentaire
Consumer Insights
(Uniquement en anglais)
Food for thought
(Uniquement en anglais)
EU initiatives
(Partiellement traduit)
Coup de projecteur sur
Energy Balance

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.



FOOD TODAY 03/2010

Comment faire manger des légumes aux enfants ?

Food TodayLes légumes jouent un rôle important dans un régime alimentaire équilibré. Ils constituent l’un des principaux groupes d’aliments et apportent fibres, vitamines, minéraux et antioxydants. Malheureusement, il est souvent difficile d’inciter les jeunes enfants à augmenter leur consommation de légumes. Voici donc quelques suggestions pour les parents.
De nombreux parents savent combien les jeunes enfants peuvent être difficiles au moment des repas. Il n’est pas rare qu’ils n’aiment pas les légumes et cette aversion est souvent une source de conflit à table. Dans la mesure où les préférences alimentaires des enfants peuvent dicter leur futur comportement alimentaire, il est important de savoir que les préférences alimentaires peuvent s’acquérir1.
 
Détermination des préférences alimentaires chez l’enfant
 
Les enfants ont un goût inné pour le sucré et une aversion naturelle pour les aliments acides ou amers1-3. Mais il faut savoir que les préférences gustatives des bébés semblent être influencées par l’alimentation de la mère pendant la grossesse et l’allaitement. D’après une étude, les nourrissons de mères qui avaient consommé régulièrement du jus de carottes pendant leur grossesse ou l’allaitement faisaient moins la grimace lorsqu’on leur présentait des céréales aux carottes, par rapport à des céréales naturelles4. Selon les mères, les nourrissons qui avaient été exposés au goût de la carotte avant leur naissance appréciaient davantage les céréales aux carottes que les céréales naturelles. Ces différences n’ont pas été observées chez les nourrissons dont les mères avaient bu de l’eau pendant la grossesse et l’allaitement. Par conséquent, si une femme enceinte consomme une alimentation riche et variée en légumes, il y a fort à parier que son enfant apprécie davantage des goûts différents que l’enfant exposé à un nombre réduit d’aliments pendant la gestation et l’allaitement.
 
Les préférences alimentaires continuent de se développer pendant l’enfance et les parents ont un rôle essentiel à jouer dans la promotion d’un comportement alimentaire sain et équilibré. L’environnement éducatif et alimentaire dans lequel l’enfant grandit est très largement influencé par les parents. Si cet environnement est agréable et que de nouveaux aliments sont introduits de manière non coercitive, l’enfant aura beaucoup plus de chances de les apprécier. Il existe en effet une relation positive étroite entre les encouragements des parents et les règles en matière de comportement alimentaire d’une part et la consommation de légumes d’autre part5.
 
Néophobie alimentaire et chipotage
 
La néophobie alimentaire est un terme utilisé pour décrire la crainte et le refus de goûter de nouveaux aliments1-3. Les parents doivent souvent se battre pour que leurs enfants goûtent de nouveaux aliments et abandonnent facilement lorsque l’enfant résiste. Il arrive aussi parfois que les enfants réagissent négativement à un aliment familier et se mettent à chipoter dans leur assiette. Tous ces problèmes culminent entre l’âge de 2 et 6 ans et diminuent considérablement à l’âge adulte6.
 
Que faire pour encourager une attitude positive face à l’alimentation ?
Pour encourager et inciter leurs enfants à manger des légumes, les parents ont un rôle important à jouer, notamment par des expositions répétées, en donnant l’exemple et en contrôlant l’environnement alimentaire. Plus l’enfant est exposé à de nouveaux aliments, plus il est susceptible de les goûter et de s’y habituer1. Chez certains enfants, 10 à 15 bouchées d’un nouvel aliment seront nécessaires avant qu’il ne commence à l’apprécier, si bien que renoncer après quelques tentatives seulement se soldera généralement par un échec2. Les parents ne doivent pas obliger leur enfant à manger de grandes quantités de nouveaux aliments, mais plutôt les féliciter lorsqu’ils les goûtent en petites quantités – à la longue, ils finiront par s’y habituer et leur aversion se transformera en appétence.
 
L’exemplarité joue aussi un rôle important pour inciter les enfants à manger des légumes2,3,7. Si l’enfant voit que les adultes autour de lui aiment essayer de nouveaux aliments, il sera plus susceptible de tenter lui aussi l’expérience. De même, si les légumes sont disponibles en abondance, cela pourra améliorer sa consommation6.
 
Présenter les aliments de manière plus attrayante en variant les couleurs et les formes peut encourager l’enfant à essayer de nouveaux aliments2,3. Les parents peuvent dessiner des visages ou des figurines sur l’assiette et couper les légumes de différentes formes. Il est aussi possible de proposer les légumes cuits ou crus, en prenant bien soin de respecter les règles d’hygiène. De plus, faire participer les enfants à la préparation des repas et si possible à la culture des légumes, dans le jardin ou en pots, pourra augmenter leur volonté d’essayer de nouveaux légumes3,7.
 
En conclusion
 
Les préférences alimentaires des enfants se forment tôt au cours de la vie et les parents peuvent exercer une influence positive en privilégiant un environnement permettant de structurer leur comportement alimentaire. Présenter aux enfants de manière répétée de petites quantités de nouveaux aliments, donner l’exemple d’un bon comportement alimentaire, faire participer les enfants à la culture et à la préparation des légumes et apprêter les plats de manière ludique sont autant de solutions pour améliorer l’environnement alimentaire des enfants.
 
Références :
  1. Benton D. (2004). Role of parents in the determination of the food preferences of children and the development of obesity. International Journal of Obesity 28:858-869.
  2. Wardle J, Cooke LJ, Gibson EL, Sapochnik M, Sheiham A, Lawson M. (2003). Increasing children's acceptance of vegetables; a randomized trial of parent-led exposure. Appetite 40(2):155-162.
  3. Wind M, de Bourdeaudhuij I, te Velde SJ, Sandvik C, Due P, Klepp KI, Brug J. (2006). Correlates of fruit and vegetable consumption among 11-year-old Belgian-Flemish and Dutch schoolchildren. Journal of Nutrition Education and Behavior 38(4):211-221.
  4. Mennella JA, Jagnow CP, Beauchamp GK. (2001). Prenatal and postnatal flavor learning by human infants. Pediatrics 107(6):E88.
  5. Pearson N, Biddle SJH, Gorely T. (2009). Family correlates of fruit and vegetable consumption in children and adolescents: a systematic review. Public Health Nutrition 12:267-283.
  6. Dovey TM, Staples PA, Gibson EL, Halford JCG (2008) Food neophobia and ‘picky/fussy’ eating in children: A review. Appetite 50:181-193.
  7. Heim S, Strang J, Ireland M. (2009). A garden pilot project enhances fruit and vegetable consumption among children. Journal of the American Dietetic Association 109(7):1220-1226.
À PROPOS DE L'EUFIC
Le Conseil Européen de l'Information sur l'Alimentation (EUFIC) est une organisation à but non lucratif qui fournit aux médias, aux professionnels de la santé et de la nutrition et aux enseignants des informations sur la sécurité sanitaire & la qualité des aliments ainsi que sur la santé & la nutrition s'appuyant sur des recherches scientifiques en veillant à ce que ces informations puissent être comprises par les consommateurs.

En savoir plus
Date de la dernière mise à jour du site : 20/08/2014
Afficher tous les résultats de recherche