Cliquer ici pour visiter la page d’accueil d’EUFIC
Sécurité alimentaire & qualité des aliments
Technologie alimentaire
Food Risk Communication
Nutrition
Santé & mode de vie
Maladies liées au régime alimentaire
Consumer Insights
(Uniquement en anglais)
Food for thought
(Uniquement en anglais)
EU initiatives
(Partiellement traduit)
Coup de projecteur sur
Energy Balance

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.



LES NOTIONS DE BASE 06/2006

La santé dentaire

1. Qu’entend-on par santé dentaire ?

La santé dentaire concerne tous les aspects de la santé et du fonctionnement de notre bouche, en particulier les dents et les gencives. Outre nous permettre de manger, parler, rire (le fameux sourire éclatant de blancheur), les dents et les gencives doivent aussi lutter contre l'infection, qui peut provoquer la carie dentaire, l'inflammation des gencives, la perte des dents et la mauvaise haleine.

La carie dentaire, en fait une cavité dans la dent, est la maladie la plus fréquente affectant les dents. Les facteurs préventifs principaux du risque de carie dentaire reposent sur une bonne hygiène bucco-dentaire, le recours au fluor et une consommation d’aliments non cariogènes.

Les dents peuvent également s’éroder. C’est tout à fait normal et fait partie du vieillissement de la dent : l'émail est attaqué en raison d’une exposition à des acides autres que ceux produits par la plaque dentaire.

L'usure et l'abrasion sont d'autres formes d'érosion de la dent. L'usure se manifeste par le contact naturel des dents entre elles. L'abrasion est, elle, causée par des facteurs mécaniques externes comme un brossage incorrect de la dent.

La parodontite, dont la manifestation la plus connue est la gingivite, est entraînée par l'infection et l'inflammation de la gencive, des tissus adjacents au parodonte et de l'os alvéolaire. La parodontite peut mener à la perte de la dent.

2. Pourquoi la santé dentaire est-elle importante pour le bien-être et la santé en général ?

La santé bucco-dentaire est étroitement liée à l’état de santé général et au bien-être. La capacité de mâcher et d’avaler est essentielle pour obtenir les substances nutritives dont nous avons besoin pour demeurer en bonne santé. Hormis l'impact sur le statut alimentaire, une santé dentaire insuffisante peut aussi affecter le discours et donc, la confiance en soi. Les maladies dentaires imposent aussi de lourds fardeaux financiers et sociaux, car les traiter est généralement coûteux. De plus, la douleur dentaire est synonyme d’absentéisme au travail et à l’école.

3. Pourquoi et comment sont formées les caries dentaires ?

La carie dentaire est une maladie infectieuse transmissible, qui est le résultat de l’érosion acide générée par les bactéries de la plaque dentaire.

Certaines bactéries, comme le Streptococcus mutans et certains Lactobacilli, peuvent être transmises, par exemple, des parents à leurs enfants. Ces bactéries sont cariogènes, ce qui signifie qu’elles facilitent la dégénérescence de la dent. Elles forment un film gluant, plus connu sous le nom de plaque dentaire, à la surface de la dent.

Les bactéries de la plaque dentaire se nourrissent de glucides fermentescibles et sécrètent des acides. Les glucides fermentescibles sont des glucides provenant des aliments et des boissons qui peuvent être fermentés par des bactéries. Les acides formés dissolvent les minéraux comme le calcium et le phosphore de la dent. On parle de déminéralisation.

Mais la carie dentaire n'est pas une fatalité : la combattre est possible. La salive élimine les débris alimentaires de la bouche, neutralise les acides produits par les bactéries de la plaque et fournit le calcium et le phosphore nécessaire aux dents dans un processus appelé « reminéralisation ». La salive agit aussi comme un réservoir pour le fluor de la pâte dentifrice ou de l'eau fluorée. Le fluor aide à contrôler la carie dentaire en reminéralisant les dents et en inhibant la production bactérienne d’acides, ce qui réduit ou ralentit le processus de dégradation.

La carie dentaire n’arrive qu’une fois l’équilibre rompu à long terme entre le processus de déminéralisation et de reminéralisation de la dent.

4. Quels facteurs conditionnent le développement des caries ?

Les facteurs suivants ont une influence considérable sur le développement des caries dentaires :

4.1. Facteurs individuels

La sensibilité à la carie dentaire varie d’un individu à l’autre et d’une dent à l’autre dans la bouche d'une même personne. La forme de la mâchoire et de la cavité buccale, la structure de la dent, de même que la quantité et la qualité de la salive sont tout aussi importantes quant à la susceptibilité de la dent à se délabrer. A titre d’exemple, certaines dents peuvent présenter des fosses, des petites fentes ou des fissures qui permettent aux bactéries et aux acides de s'infiltrer plus facilement. Dans certains cas, la structure de la mâchoire ou de la dentition est telle que les dents puissent s’avérer plus difficiles à nettoyer ou à détartrer.

La quantité et la qualité de salive donnent une idée de la manière dont les dents se reminéralisent. Ainsi, la carie se développe moins souvent dans la partie avant inférieure de la bouche où les dents sont plus exposées au flux de salive.

Le type et le nombre de bactéries présentes dans la bouche importent également. Toutes les bactéries peuvent fermenter des glucides en acides, mais certaines espèces de Streptococcus et de Lactobacilli sont de plus grands producteurs. La présence de ce type de bactéries dans la plaque augmente le risque d’érosion. Certains individus présentent dans la bouche de plus fortes concentrations en ces bactéries agressives que d'autres, généralement en raison d’une hygiène bucco-dentaire déplorable ou inefficace.

4.2. Hygiène buccale et utilisation du fluor

Ces dernières années, on a observé une réduction de l'incidence des caries dentaires dans la plupart des pays européens. L’augmentation de l'hygiène bucco-dentaire, incluant le brossage régulier et l’utilisation du fil dentaire pour enlever la plaque, ainsi que l’emploi d’une pâte dentifrice fluorée, combinée avec des contrôles fréquents chez le dentiste, sont autant de motifs responsables de cette amélioration.

Le fluor inhibe la déminéralisation, favorise la reminéralisation et augmente la dureté de l'émail de la dent le rendant moins soluble en milieu acide. Une quantité appropriée de fluor empêche et/ou stabilise la carie. La couverture en fluor peut être assurée systématiquement par de la consommation d’eau de distribution fluorée, certaines boissons riches en fluor (thé, certaines eaux minérales) ou par la prise d’un supplément. Une autre alternative repose sur le contact direct de la dent avec de la pâte dentifrice, des bains de bouche, des gels buccaux et des vernis dentaires au fluor.

Dans certains pays, le sel, le lait ou d'autres boissons sont enrichis en fluor et on dispose également de suppléments de fluor sous la forme de comprimés ou de liquides à boire. Les concentrations de fluor retrouvées dans l'eau potable et l'alimentation doivent être prises en compte lorsqu’on évalue le besoin en ce minéral. C'est essentiel chez les enfants de moins de 6 ans dont les dents sont toujours en cours de développement. La consommation excessive de fluor fragilise fortement la dent, qui peut prendre une coloration jaunâtre. On parle alors de « fluorose ».

Le brossage régulier des dents avec de la pâte dentifrice fluorée est, semble-t-il, le facteur le plus important du déclin observé de la carie dentaire dans beaucoup de pays. Le brossage et l’utilisation d’un fil dentaire contribuent simultanément à l’application locale de fluor, à éliminer les bactéries de la bouche et à réduire le risque de carie et de parodontite.

L’application régulière d’un vernis fluoré par le dentiste est une mesure préventive établie pour lutter contre la carie dentaire dans beaucoup de pays. Cette pratique est particulièrement adaptée chez les enfants avec un risque élevé de carie dentaire.

Des contrôles réguliers chez le dentiste peuvent détecter et, au besoin, contrôler des problèmes potentiels. Un détartrage suivi peut aussi aider à limiter la fréquence des caries dentaires. Si très peu de plaque dentaire est présente, la quantité d'acide formée est insignifiante, si bien que l’érosion de la dent est limitée, voire carrément stoppée.

4.3. Facteurs diététiques

Malgré le déclin de la carie dentaire dans beaucoup de pays, en raison de l’utilisation de fluor et de l’amélioration de l'hygiène bucco-dentaire, certaines habitudes alimentaires favorisent toujours le risque de carie dentaire

Les glucides fermentescibles - Durant plusieurs d'années, le seul message de prévention communiqué pour lutter contre la carie dentaire se résumait à « ne mange pas trop d’aliments sucrés et riches en sucre ». Ces dernières décennies, la consommation du sucre est globalement demeurée constante, alors que, paradoxalement, la fréquence de la carie a baissé. Ceci suggère donc qu’une bonne hygiène bucco-dentaire (incluant un brossage régulier avec un dentifrice fluoré) suffit à contrôler les effets néfastes du sucre.

Remplacer le sucre par des aliments riches en amidon (féculents,…) ne se justifie pas non plus pour éviter la carie dentaire. Tous les aliments contenant des glucides fermentescibles contribuent à la formation des caries. Dès lors, aussi bien les bonbons et les confiseries, que les pâtes, le riz, les chips, les fruits ou même le pain, peuvent provoquer la déminéralisation de la dent. A titre d’exemple, une étude a évalué l’effet acidifiant de divers féculents comprenant des pâtes, du riz et du pain. Les résultats sont sans équivoque : ces aliments ont produit la même quantité d'acide que la solution de saccharose de 10 %, prise comme contrôle... Une autre étude a jeté un pavé dans la mare…en montrant que la production d’acide par la plaque après un repas à base de pain ou de chips était plus intense et de plus longue durée qu'après la saccharose (le sucre de bouche).

Les caractéristiques de l'aliment - les caractéristiques physiques de l’aliment, en particulier la manière dont il s'accroche aux dents, influencent aussi l'équation de la carie dentaire. Les aliments qui adhèrent aux dents augmentent le risque de carie dentaire, en comparaison de ceux qui sont rapidement éliminés de la bouche. Les chips et les biscuits, par exemple, persistent sur les dents plus longtemps que des dragées sucrées et des caramels. Ces « douceurs » contiennent en réalité des sucres solubles, nettoyés plus rapidement par la salive. Au plus un aliment riche en glucides demeure sur la dent, au plus les bactéries de la plaque ont l’opportunité de produire de l’acide et donc au plus grand est le risque de déminéralisation de la dent.

La fréquence des repas - Le débat est toujours animé sur la relation entre la fréquence de consommation d’aliments riches en glucides et la survenue de la carie dentaire. Cette relation semble toutefois avoir été aussi affaiblie par l'adoption d’une bonne hygiène bucco-dentaire et l’utilisation du fluor.

Chaque fois que nous grignotons ou que nous buvons, même à petites gorgées, une boisson riche en glucides, les bactéries cariogènes entament leur travail de sape sur les dents et la déminéralisation commence. Celle-ci se poursuit 20 à 30 minutes après le repas ou après s’être désaltéré, et plus longtemps encore si les débris alimentaires sont pris au piège entre les dents ou restent dans la bouche. Entre les repas, la salive entre en action pour neutraliser les acides et favoriser le processus de reminéralisation. Si l'aliment ou la boisson est pris trop souvent, l'émail de la dent n'a pas le temps de se reminéraliser complètement, ce qui fait le lit de carie. C'est pourquoi, il est important de décourager le grignotage pendant la journée. Les experts recommandent en prévention de limiter à 6 fois par jour la consommation d'aliments et de boisson contenant des glucides et de s’assurer que les dents sont brossées avec une pâte dentifrice fluorée au minimum deux fois par jour.

La carie n’est pas non plus un phénomène exceptionnel chez les enfants en bas âge. En effet, les dents peuvent aussi être endommagées par une exposition prolongée à un biberon contenant des boissons riches en sucres. Les problèmes surgissent surtout lorsque les enfants sont mis au lit avec un biberon de lait ou de jus sucré. Le flux de salive est très réduit pendant le sommeil et les liquides sucrés demeurent longtemps en contact avec les dents. C’est alors un environnement parfait pour le développement de la carie dentaire.

Les aliments protecteurs - - Certains aliments protègent contre la carie dentaire. Le fromage à pâte dure augmente le flux de salive, par exemple. Le fromage contient aussi du calcium, du phosphore et de la caséine, une protéine qui prévient la déminéralisation. Terminer un repas avec un morceau de fromage aide donc à neutraliser les acides produits au départ d’aliments riches en glucides consommés au même repas. Le lait comporte aussi du calcium, du phosphore et de la caséine. De plus, le lactose, le sucre du lait, est moins cariogène que les autres sucres. Néanmoins, la carie a été rencontrée chez des enfants allaités au sein à la demande.

Les amis des dents

Certains aliments ont été formulés à partir d’ingrédients qui ne peuvent pas être fermentés par les bactéries de la bouche. Les édulcorants intenses comme la saccharine, le cyclamate, l’acésulfame K ou l’aspartame et les édulcorants caloriques comme l’isomalt, le sorbitol et le xylitol entrent dans cette catégorie. Certains chewing-gums sans sucre contiennent ces édulcorants. De plus, la saveur agréable et la mastication stimulent le flux salivaire, qui contribue à la prévention des caries. De tels chewing-gums sont parfois enrichis en minéraux comme le calcium, le phosphore et le fluor pour augmenter le processus de réparation. Des études ont suggéré que la mastication d’une gomme sans sucre après un repas accélère l’élimination des débris alimentaires et réduit le développement des caries chez les enfants. Ces aliments doivent cependant répondre à des critères spécifiques pour mentionner l’allégation « bon pour les dents ».

5. Qu’est-ce que l’érosion dentaire

L'érosion dentaire est la perte du tissu dur situé à la surface de la dent par des processus chimiques, généralement acides, sans impliquer toutefois l’action des bactéries de la plaque. Notre alimentation comporte une série d’aliments et de boissons acides et il est possible, dans certaines circonstances, qu’une exposition accrue à ce type d’aliments chez certains individus « sensibles » précipite l’érosion de la dent. Cette répétition peut submerger la capacité tampon naturelle de la bouche, qui varie d’un individu à l’autre.

Afin d’éviter cette mésaventure, il est conseillé d’éviter de grignoter à tout bout de champ et de boire trop souvent des boissons acides au cours de la journée, de se limiter aux repas principaux et de se brosser les dents au moins deux fois par jour avec une pâte dentifrice fluorée. Des travaux ont suggéré que le brossage des dents immédiatement après la consommation d'un aliment ou d’une boisson acide doit être évité à tout prix pour empêcher l’usure mécanique des dents sous l’effet d’un brossage en milieu acide. Par contre, mâcher un chewing-gum sans sucre stimule la sécrétion salivaire et neutralise les effets agressifs d’un repas acide.

6. Comment se porte la santé dentaire en Europe

L'incidence des caries dentaires chez les enfants et les adolescents de la plupart des pays européens a baissé depuis quelques années. C'est en grande partie attribué à l'utilisation du fluor, principalement dans la pâte dentifrice, ainsi que l’amélioration de l’hygiène bucco-dentaire. Au cours de la même période, la consommation de sucre et d'autres glucides est demeurée assez constante. Dans les pays où la carie dentaire est sous contrôle, grâce à l’usage du fluor et à une bonne hygiène bucco-dentaire (la plupart des pays européens), la consommation modérée de sucres n'est pas un facteur de risque majeur, hormis chez les individus sensibles ou qui ne se brossent pas les dents correctement.

Plus de la moitié de tous les enfants européens âgés de 5 à 7 ans ne présentent pas de caries dentaires sur les dents de lait. Les enfants concernés n’ont généralement qu’une seule dent affectée. L’index « DMF-T », acronyme de Decayed, Missing and Filled Teeth (dent cariée, manquante ou plombée) est employé pour mesurer la prévalence des caries dentaires. Sur le vieux continent, la fréquence des caries dentaires chez les enfants de 12 ans a commencé à chuter dans les années 80. Cette chute s’est poursuivie dans les années 90 pour atteindre les objectifs de l’OMS pour la santé buccale en l’an 2000.

L’index DMF-T dans cette tranche d'âge est de 1 en Finlande et aux Pays-Bas, de 3 au Portugal, et beaucoup plus haut dans plusieurs pays de L'Europe de l'est. Dans certains pays aussi, la carie dentaire a tendance à se concentrer dans quelques couches de la population : 80 % des caries concerne 20 % des individus. Des stratégies d’intervention doivent donc cibler ces groupes à haut risque.

Dans de nombreux pays, la diminution de la fréquence des caries dentaires observée chez les enfants se propage maintenant aux adolescents et aux jeunes adultes. Les personnes âgées conservent aujourd’hui leurs dents plus longtemps. Le risque de carie de la racine, lorsque les gencives s’affaissent, fait l’objet des mêmes mesures de prévention précédemment décrites.

7. Comment peut-on assurer la santé dentaire

  • Démarrez les soins dentaires précocement et brossez les dents de bébé avec une pâte dentifrice au fluor dès que les premières dents de lait apparaissent. N’habituez pas vos enfants, avant de s’endormir, de boire du lait, du jus de fruits ou une boisson sucrée au biberon. Ces liquides sucrés se maintiennent longtemps à la surface des dents et peuvent conduire à la « carie dentaire du biberon ».
  • Brossez-vous les dents au minimum deux fois par jour avec une pâte dentifrice fluorée. Et si possible, nettoyez vos dents avec du fil dentaire ou un cure-dent une fois par jour. Ne mangez plus le soir une fois vous être brossé les dents, car le flux salivaire diminue pendant le sommeil.
  • Rendez visite à votre dentiste environ tous les 6 mois pour un contrôle. Et consultez votre dentiste avant de recourir à des produits esthétiques (par exemple, des agents blanchissants), qui peuvent détériorer les dents.
  • Ne grignotez pas et ne buvez pas à tout bout de champ. Laissez du temps entre les repas à la salive pour neutraliser l’acidité et réparer les dents.
  • Les personnes à haut risque d’abrasion et d’érosion dentaire devraient prendre des précautions particulières telles que :
  • réduire la fréquence et le contact avec des aliments et des boissons acides
  • éviter de se brosser les dents immédiatement après avoir consommé des aliments et des boissons acides, des agrumes et des jus de fruits. Ce laps de temps permet à la reminéralisation d’avoir lieu.
  • les bains de bouche au fluor et les chewing-gums sans sucre sont utiles pour contrer l’acidité d’un repas et stimuler la reminéralisation.
  • Les chewing-gums sans sucre sont les « amis » des dents,ils augmentent le flux salivaire et favorisent l’élimination des débris alimentaires de la bouche.

La bonne santé dentaire est la responsabilité de tous, mais aussi des communautés et des gouvernements, bien que leur importance relative varie. A titre d’exemple, la fluoration de l'eau dans les états européens n'est pas encore totalement acceptée, si bien que les efforts à accomplir sont surtout du côté de l’individu.

Les professionnels de la santé bucco-dentaire jouent un rôle capital dans le maintien de la santé dentaire et le traitement ou la prévention des problèmes associés. L'accès à des soins dentaires adéquats, incluant des contrôles réguliers par un dentiste, est absolument essentiel. Chez certaines personnes, en particulier celles des couches sociales les plus défavorisées, cet accès peut être limité. Ces groupes de population sont donc des cibles importantes pour des programmes d'hygiène bucco-dentaire. Les écoles jouent enfin un rôle de premier plan dans l’éducation d'enfants sur l'importance d’une bonne alimentation et d’une bonne hygiène bucco-dentaire.

Bibliographie

  • Curzon MEJ and Pollard MA. Nutrition and Dental Caries in Europe. International Dental Journal. 1994;44:599-612
  • Duggal MS and van Loveren C. Dental Considerations for Dietary Counselling. International Dental Journal. (2001) 51, 408-12
  • Imfeld, T. Chewing Gum – Facts and Fiction: A Review of Gum-chewing and Oral Health. Critical Reviews in Oral Biology and Medicine. 1999;10(3):405-19
  • Lingstrom P., van Houte J. and Kashket S. Food Starches and Dental Caries. Critical Reviews in Oral Biology and Medicine. 2000;11(3):366-80
  • Linke HAB, and Birchmeier RI. Effect of Increasing Sucrose Concentrations on Oral Lactic Acid Production. Annals of Nutrition and Metabolism 2000;44:121-24
  • Linke HAB, and Riba HK. Oral Clearance and Acid Production of Dairy Products during Interaction with Sweet Foods. Annals of Nutrition and Metabolism, 2001;45:202-8
  • Machiulskiene V, Nyvad B and Baelum V. Caries Preventative Effect of Sugar-Substituted Chewing Gum. Community Dental Oral Epidemiology 2001;29:278-88
  • Pollard MA, Duggal MS, Fayle SA, Toumba KJ and Curzon MEJ. Caries Prevention Strategies, ILSI Europe Concise Monograph Series .ILSI Europe, 2000.
  • Reich E. Trends in caries and Periodontal health Epidemiology in Europe. International Dental Journal. (2001) 51, 392-398
  • Saris, WHM. The Fat/Carbohydrate Ratio in the Diet – Implications for a Healthy Diet. International Dental Journal. (2001) 51, 407
  • Soderling E. Nutrition, Diet and Oral Health in the 21st Century. International Dental Journal. 2001 51:389-91
  • Szoke J, Banoczy J. and Proskin H.M. Effect of After-meal Sucrose-free Gum-chewing on Clinical Caries. Journal of Dental Research, 2001;80(8):1725-29.
  • Van Loveren C. The Role of Diet in Caries Prevention. International Dental Journal. (2001) 51, 399-406
  • Van Loveren C. Diet and Dental Caries: cariogenicity may depend more on oral hygiene using fluorides than on diet or type of carbohydrates. European Journal of Paediatric Dentistry, 1(2), 2000, 55-62
  • World Health Organization. 1995. Oral Health Global Indicator for 2000 Caries at 12 years. WHO, Geneva.
  • Duggal MS, Toumba KJ, Amaechi BT, Kowash MB, Higham SM. 2001. Enamel demineralization in situ with various frequencies of carbohydrate consumption with and without fluoride toothpaste. Journal of Dental Research, 80(8):1721-4.
  • König K.G.: Diet and oral health. International Dental Journal (2000) 3, 162-173
  • Clarkson J.J.: Role of fluoride in oral health promotion. International Dental Journal (2000 ) 3; 119-128.
À PROPOS DE L'EUFIC
Le Conseil Européen de l'Information sur l'Alimentation (EUFIC) est une organisation à but non lucratif qui fournit aux médias, aux professionnels de la santé et de la nutrition et aux enseignants des informations sur la sécurité sanitaire & la qualité des aliments ainsi que sur la santé & la nutrition s'appuyant sur des recherches scientifiques en veillant à ce que ces informations puissent être comprises par les consommateurs.

En savoir plus
Date de la dernière mise à jour du site : 15/04/2014
Afficher tous les résultats de recherche