Cliquer ici pour visiter la page d’accueil d’EUFIC
Sécurité alimentaire & qualité des aliments
Technologie alimentaire
Food Risk Communication
Nutrition
Santé & mode de vie
Maladies liées au régime alimentaire
Consumer Insights
(Uniquement en anglais)
Food for thought
(Uniquement en anglais)
EU initiatives
(Partiellement traduit)
Coup de projecteur sur
Energy Balance

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.



FOOD TODAY 06/1998

Les plantes génétiquement modifiées
pourraient réduire les allergies dans l'avenir

Food TodayContrairement aux croyances populaires concernant les aliments contenant des additifs et des arômes artificiels, ce sont les aliments naturels qui sont responsables de la majorité des cas d'allergies. De fait, tout aliment contenant des protéines est susceptible de provoquer des réactions allergiques chez certaines personnes, et si les plantes de grandes cultures contiennent des dizaines de milliers de protéines, seules certaines d'entre elles ont des propriétés allergéniques. En Europe, 90% des allergies sont provoquées par des protéines contenues dans l'arachide, le lait de vache, les oeufs, le blé, le soja, les noix, le poissons et les fruits de mer.

"Une allergie est une réaction anormale du corps à une ou plusieurs substances qui, pour la majorité des gens, ne provoquent aucun symptôme", indique Willy De Greef, de l'ALSS (Applied Life Science Strategies), dans une récente interview sur le sujet.

Des procédures strictes

Même si l'allergie est, dans la plupart des cas, héréditaire, on s'est demandé si, avec l'arrivée du génie génétique - qui permet d'introduire de nouvelles protéines dans les plantes - des protéines allergéniques pourraient être introduites par inadvertance dans les plantes génétiquement modifiées. Suite à ces interrogations, des procédures strictes, imposant la mise en oeuvre d'études de sécurité ont fait l'objet de recommandations de la part entre autres de l'OMS, de l'OCDE et la FDA américaine. Alors que l'étude des allergies en tant que problème de santé a fait des progrès fulgurants au cours des vingt dernières années, on dispose maintenant de plusieurs méthodes d'évaluation des nouveaux produits qui permettent de déterminer si les plantes génétiquement modifiées ou d'autres produits alimentaires contiennent des allergènes. Trois types de tests rigoureux sont utilisés. Si une réaction positive est mise en évidence, le développement de la plante génétiquement modifiée est généralement suspendu. Cependant, si la plante est commercialisée, il sera nécessaire d''étiqueter les aliments issus de cette plante génétiquement modifiée, pour avertir les consommateurs de la présence de l'allergène. Mais, comme le constate M. De Greef, même si ces procédures contraignantes ont été mises en place pour minimiser la possibilité de présence de protéines allergéniques dans les plantes génétiquement modifiées, "il est impossible de donner une garantie absolue que personne ne deviendra allergique à un aliment donné". Néanmoins, les tests sont, sans aucun doute, la méthode la plus rigoureuse pour réduire le risque qu'une allergie inattendue se déclenche du fait de plantes génétiquement modifiées ou de nouveaux aliments.

Vers une suppression des allergènes

"L'autre aspect", enchaîne M. De Greef, "c'est que puisque le génie génétique peut être utilisé pour rajouter des protéines bénéfiques à une plante, il pourrait aussi être utilisé pour supprimer les protéines allergéniques dans la mesure où elles n'ont pas un rôle essentiel dans la plante". "Il est improbable", ajoute-t-il "que les allergènes aient une fonction vitale, puisque la plupart sont des protéines de stockage, qui servent de réserve de nourriture pour les graines en germination. Par conséquent, cette nouvelle utilisation du génie génétique va permettre de développer des versions alternatives, non allergéniques, de certains aliments, au bénéfice des personnes qui souffrent d'allergie".

Une compilation des bases de données sur les principales protéines allergènes dans les récoltes est en cours de réalisation. Il s'agit de la première étape de la création de variétés sans allergènes. GenBank, EMBL, PIR et SwissProt en sont des exemples. L'étape suivante consistera à identifier, puis à isoler le code génétique d'une protéine allergénique spécifique, et à mettre en place un système qui évite la production de cette protéine.

Le projet le plus avancé de ce type est en cours de réalisation au Japon où, dit M. De Greef, les scientifiques "sont très avancés dans la mise au point de riz génétiquement modifié, dépourvu de ses principaux allergènes". Ce nouveau riz apportera un soulagement considérable à certaines personnes en Asie du Sud Est, qui souffrent actuellement d'allergie à ce produit de base de leur alimentation.

À PROPOS DE L'EUFIC
Le Conseil Européen de l'Information sur l'Alimentation (EUFIC) est une organisation à but non lucratif qui fournit aux médias, aux professionnels de la santé et de la nutrition et aux enseignants des informations sur la sécurité sanitaire & la qualité des aliments ainsi que sur la santé & la nutrition s'appuyant sur des recherches scientifiques en veillant à ce que ces informations puissent être comprises par les consommateurs.

En savoir plus
Date de la dernière mise à jour du site : 17/04/2014
Afficher tous les résultats de recherche