Les bienfaits du miel pour la santé et sa valeur nutritive

Last Updated : 14 January 2020

Le miel est un ingrédient naturel utilisé pour son goût sucré, sa valeur énergétique et ses bienfaits potentiels pour la santé. Il est principalement utilisé pour la consommation humaine (mais également dans certains produits cosmétiques), soit sous forme de miel pur, soit comme ingrédient dans d’autres produits alimentaires, par exemple en guise d’édulcorant dans les desserts, céréales et jus. Il y a des centaines de différents types de miel définis par leur origine botanique, tels que le miel de trèfle, d’acacia ou de manuka. Cet article porte sur la manière dont le miel est fabriqué, décrit sa composition et évalue les études consacrées à ses effets rapportés sur la santé.

Comment le miel est-il fabriqué ?

Le trajet de l’abeille au pot commence avec le nectar de fleur. Les abeilles mellifères butinent le nectar, et les enzymes contenus dans la salive de l’abeille décomposent le sucre en glucose et fructose, qui sont ensuite stockés dans les nids d’abeilles afin que celles-ci disposent de nourriture dans la ruche pour survivre à l’hiver. Dans la ruche, l’eau superflue s’évapore grâce aux battements d’ailes constants des abeilles. Le liquide dense et visqueux qui se forme est le miel que nous connaissons (voir la composition dans le tableau 1). 1

Cependant, étant donné qu’une production fructueuse de miel dépend de la prospérité des abeilles mellifères, il est inquiétant de constater un déclin considérable des colonies d’abeilles en Europe (21% seulement en hiver 2016/2017). 3

L’importance des abeilles

Les abeilles mellifères produisent non seulement du miel, mais jouent un rôle important dans la pollinisation des cultures. Etant donné que 84% des cultures dans l’UE dépendent de la pollinisation, la Commission européenne a élaboré une stratégie de santé des abeilles mellifères. 4 De multiples facteurs contribuent au déclin des abeilles ; l’un d’entre eux est probablement constitué par les pesticides, ce qui a incité l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) à émettre des  directives liées à l’évaluation des risques potentiels des pesticides sur les abeilles et, plus récemment, à travailler au développement d’une base de données afin de recueillir activement des informations sur la santé des abeilles en Europe. 45

Les différents types de miel

Il existe plus de 300 différents types de miel dans le monde. 1 Leur couleur, arôme et saveur varient selon la source végétale où les abeilles recueillent le nectar. Certains des types de miel les plus connus sont le miel de manuka et d’acacia. 1

Le miel peut être sommairement classé en miel brut et miel transformé. 1 Lorsque le miel est extrait de la ruche, il est généralement filtré afin d’éliminer la cire et les autres particules ne constituant pas le miel. Il est ensuite disponible sous forme de miel brut, qui peut être ultérieurement chauffé et embouteillé afin d’être disponible comme miel transformé, la forme la plus couramment disponible dans les supermarchés. Le processus de chauffage et d’embouteillage élimine les pathogènes potentiels, mais également les vitamines et antioxydants présents dans le miel brut.

La composition nutritionnelle du miel

La saison, les conditions environnementales, les techniques de transformation et les variétés de nectar de fleur peuvent influer sur la composition du miel, mais ses principaux composants nutritionnels sont essentiellement les glucides (sucres simples : le fructose et le glucose – pour plus d’informations, consultez notre article « Les fonctions des glucides »). En plus de l’eau, le miel contient des quantités minimes de protéines, vitamines, minéraux, d’oligo-éléments, d’enzymes et de polyphénols, y compris les flavonoïdes provenant du pollen, qui peuvent aider à identifier l’origine du miel. 6 La saison, les conditions environnementales, les techniques de transformation et les variétés de nectar de fleur peuvent influer sur la composition du miel, mais ses principaux composants nutritionnels sont essentiellement les glucides (sucres simples : le fructose et le glucose – pour plus d’informations, consultez notre article « Les fonctions des glucides »). En plus de l’eau, le miel contient des quantités minimes de protéines, vitamines, minéraux, d’oligo-éléments, d’enzymes et de polyphénols, y compris les flavonoïdes provenant du pollen, qui peuvent aider à identifier l’origine du miel.

Tableau 1. Composition nutritionnelle du miel*8

 

Per 100 g

Par portion de 20 g

Energie

288 kcal/1229 kJ

58 kcal/246 kJ

Lipides (g)

0

0

Glucides (g)

76.4

15.3

- fructose (g)

41.8

8.4

- glucose (g)

34.6

6.9

Protéines (g)

0.4

0.08

Autres composants

Eau (g)

17.5

3.5

* Selon l’analyse des échantillons de 8 types de miel.

Le miel est typiquement un liquide lisse contenant des cristaux minuscules et imperceptibles. Cependant, certains facteurs comme l’origine, le stockage à basse température, un temps de stockage prolongé et une teneur en glucose plus élevée peuvent tous conduire à une cristallisation ; de plus grands cristaux se forment et la texture devient croquante. Ce processus peut être brièvement inversé par à un léger chauffage. Cependant, le chauffage et filtrage du miel (afin de le purifier) peuvent avoir un effet négatif sur ses propriétés, comme par exemple assombrir sa couleur, détruire les enzymes et éliminer les antioxydants bénéfiques pour la santé.

Bienfaits pour la santé : le miel est-il bon pour vous ?

Le miel a été utilisé dans la médecine traditionnelle pendant des millénaires pour ses propriétés antibactériennes, anti-inflammatoires et anti-oxydantes potentielles. Le miel spécialement préparé pour un usage médical peut être appliqué par voie topique pour panser les plaies. La faible humidité du miel, le peroxyde d’hydrogène et l’acidité (pH moyen de 3,9) sont hostiles aux bactéries  et donnent au miel ses propriétés antibactériennes. 9On suppose que ses propriétés anti-inflammatoires sont dues aux substances anti-oxydantes, 8 , bien que les quantités mesurées dans les échantillons individuels de miel diffèrent en fonction de l’origine du miel, de sa composition et de la dose. 6 Certaines données d’études individuelles et à petite échelle, réalisées sur des cellules, des humains et animaux, suggèrent également que le miel peut être bénéfique dans le traitement de la toux, des maux de ventre et troubles digestifs. 9 Et enfin, le miel peut contenir des spores de la bactérie Clostridium botulinum qui peuvent causer de graves infections chez les nourrissons. C’est pourquoi il est conseillé d’éviter de donner du miel aux enfants en dessous de 12 mois. 10 

Malgré un grand nombre d’études sur le miel, la plupart d’entre elles n’ont pas été réalisées sur les humains. Ces études, qui examinent les effets bénéfiques du miel sur la santé des humains, sont des études à petite échelle portant sur la prévention de certaines maladies à l’aide de différents types de miel (consultez notre infographie sur la « Hiérarchie des preuves scientifiques »). Globalement, les preuves de certains effets bénéfiques du miel sur la santé des humains sont limitées et non concluantes, étant donné que les études à grande échelle sur les humains manquent de preuves qui pourraient étayer les affirmations actuelles concernant ses propriétés favorables sur la santé.

Miel contre sucre

Contrairement au sucre, le miel contient des vitamines, minéraux et antioxydants ; par conséquent, il est facile de penser que le miel apporte plus de bienfaits pour la santé que le sucre. Cependant, les vitamines et minéraux présents dans le miel constituent moins de 1% de la quantité qui correspond à l’apport quotidien recommandé. Afin de bénéficier de bienfaits pour la santé qu’ont les vitamines et minéraux présents en faible quantité dans le miel, il serait nécessaire de consommer de grandes quantités de miel. De telles quantités dépasseraient l’apport quotidien en sucre recommandé par l’Organisation mondiale de la santé. 12 Par conséquent, une cuillère à soupe de miel contribuera à votre métabolisme énergétique de par sa teneur en sucre (sans dépasser l’apport quotidien en sucre recommandé), mais il est peu probable que vous bénéficierez de bienfaits supplémentaires pour la santé.

Et enfin, on peut affirmer que le miel brut est meilleur que le miel transformé, mais étant donné que la teneur en vitamines, minéraux et antioxydants dans le miel est minime (par taille de portion recommandée), les bienfaits pour la santé de la consommation du miel brut, plutôt que du miel transformé, sont probablement minimes.

Quelle quantité de miel par jour?

Un apport quotidien recommandé en miel n’a pas été fixé ; cependant, en raison de sa haute teneur en sucre, le miel devrait être consommé avec modération. L’Organisation mondiale de la santé suggère que les sucres libres (c’est-à-dire tous les monosaccharides et disaccharides ajoutés aux aliments par les fabricants, les cuisiniers, ou bien lors de la préparation de repas à la maison, en plus des sucres naturellement présents dans le miel, les sirops et les jus de fruit) ne constituent pas plus de 10% de l’apport énergétique quotidien d’une personne. 1112 Pour un adulte nécessitant 2000kcal par jour, 10% équivaut à un maximum de 200kcal provenant de sucres libres, ce qui correspond à 60 grammes de miel, si le miel est l’unique source extérieure de sucre utilisée dans l’alimentation de la personne.

 

References

  1. National Honey Board, How honey is made. Accessed 17 October 2019.
  2. European Parliament, Key facts about Europe’s honey market. Accessed 17 October 2019.
  3. Brodschneider et al. (2018). Multi-country loss rates of honey bee colonies during winter 2016/2017 from the COLOSS survey. Journal of Apicultural Research, 57, 452-457.
  4. European Food Safety Authority, Bee Health. Accessed 17 October 2019.
  5. European Food Safety Authority, Guidance on the risk assessment of plant protection products on bees (Apis mellifera, bombus spp. and solitary bees). Accessed 17 October 2019.
  6. Bogdanov S, et al. (2008). Honey for nutrition and health: a review. Journal of the American College of Nutrition 27:677-689.
  7. Directive 2001/110/EC of the European Parliament and of the Council of 20 December 2001 relating to honey. Accessed 17 October 2019.
  8. McCance RA & Widdowson EM (2010). The composition of foods. 6th Edition. Cambridge, England: Food Standards Agency.
  9. Pasupuleti et al. (2017). Honey, propolis and royal jelly: a comprehensive review of their biological actions and health benefits. Oxidative Medicine and Cellular Longevity: 1259510.
  10. Scientific committee on veterinary measures relating to public health (2002). Opinion of the scientific committee on veterinary measures relating to public health on honey and microbiological hazards. Brussels: European Commission. Accessed 17 October
  11. WHO Technical Information Note (2017). Sugars and dental caries. Geneva, Switzerland: WHO.
  12. WHO (2015). Sugars intake for adults and children – Guidelines. Geneva, Switzerland: WHO.