État des lieux de la santé en Europe.

Last Updated : 06 March 2013

Malgré quelques disparités, de grands progrès ont été accomplis au cours des dernières décennies en matière de santé des Européens. Avec l’évolution de la conjoncture économique, il est particulièrement important de continuer à surveiller les changements qui interviennent dans la situation sanitaire et les comportements liés à la santé.

Le numéro 76 du bulletin Food Today comprenait un rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) sur la santé à travers l’Europe1. Deux ans plus tard, l’OCDE en publie une version actualisée : « Panorama de la santé : Europe 2012 »2.

Quoi de neuf?

Le rapport présente des données plus complètes sur 35 pays, et de nouvelles informations sur la qualité des soins de santé2. Davantage de pays ont été inclus : les 27 États membres de l’Union européenne (UE), plus l’Islande, la Turquie, la Norvège, la Suisse, la Serbie, la Croatie, le Monténégro et l’ex-République yougoslave de Macédoine. Le tableau ci-dessous résume les considérations les plus importantes relatives à un mode de vie sain.

Panorama de la santé : Europe 2010

Panorama de la santé : Europe 2012

La situation sanitaire

  • Les maladies cardiovasculaires représentaient 40% de tous les décès en 2008.
  • Les maladies cardiovasculaires représentaient 36% de tous les décès en 2010.
  • Le cancer représentait 26% de tous les décès en 2008.
  • Le cancer représentait 28% de tous les décès en 2010.
  • Plus de 6% des adultes âgés de 20 à 79 ans souffraient du diabète en 2010.
  • Plus de 6% des adultes âgés de 20 à 79 ans, soit 30 millions de personnes, souffraient du diabète en 2011.
  • 50,1% des adultes étaient en surpoids ou atteints d'obésité.
  • En moyenne 15,5% des adultes étaient atteints d'obésité (2008 ou année la plus récente disponible).
  • Plus de 50% des adultes étaient en surpoids ou souffraient d'obésité dans 15 des 27 pays de l’UE.
  • 52% des adultes étaient en surpoids ou atteints d'obésité.
  • En moyenne 17% des adultes étaient atteints d'obésité (2010 ou année la plus récente disponible).
  • Plus de 50% des adultes étaient en surpoids ousouffraient d'obésité dans 18 des 27 pays de l’UE.

Les déterminants de la santé

  • 24,2% des adultes fumaient tous les jours en 2008 (ou année la plus récente disponible).
  • En 2008, le taux de la population adulte fumant tous les jours était inférieur à 20% dans quatre des 27 pays de l’UE.
  • 23% des adultes fumaient tous les jours en 2010 (ou année la plus récente disponible).
  • En 2010, le taux de la population adulte fumant tous les jours était inférieur à 20% dans sept des 27 pays de l’UE.
  • Le taux de fumeurs semble augmenter dans la République tchèque.
  • Consommation de 10,8 litres d’alcool par habitant en 2008.
  • Évolution moyenne par habitant dans toute l’Europe : diminution de 13% entre 1980 et 2008.
  • Consommation de 10,7 litres d’alcool par habitant en 2010.
  • Évolution moyenne par habitant dans toute l’Europe : diminution de 15% entre 1980 et 2010.
  • 105 kg de fruits et 116 kg de légumes fournis par habitant en vue d’être consommés (2007).
  • 63% des adultes disaient manger des fruits et légumes tous les jours (2008).
  • 33% des filles et 25% des garçons de 15 ans disaient manger des fruits au moins une fois par jour (2009/10).

Maladies liées au mode de vie – où en sommes-nous?

Les maladies cardiovasculaires

En 2010, les maladies cardiovasculaires représentaient 36% de tous les décès en Europe. La France, l’Italie, le Portugal et l’Espagne ont les plus faibles taux de décès par maladie cardiaque, renforçant l’hypothèse relative aux bienfaits des régimes alimentaires de type méditerranéen. Les pays qui ont vu diminuer leur taux de décès par maladie cardiaque (comme les Pays-Bas, le Danemark, le Royaume-Uni et l’Irlande) ou qui ont de faibles taux de mortalité par accident vasculaire cérébral (France, Pays-Bas, Chypre et Irlande) y sont parvenus par une réduction du tabagisme et/ou de l’hypertension et grâce à des améliorations dans le domaine des soins médicaux.

Le cancer

Le cancer représente 28% de tous les décès en Europe en 2010. Les taux de survie pour différents types de cancer se sont généralement améliorés dans la plupart des pays, cependant ils sont plus faibles chez les hommes, ce qui s’explique en partie par des facteurs de risque plus élevés et par une utilisation plus faible du dépistage (détection). Chez les femmes, le cancer du sein est le plus fréquent, tandis que chez les hommes c’est le cancer de la prostate qui est devenu le plus fréquent. Les causes du cancer de la prostate ne sont pas bien comprises, mais il se peut que les facteurs environnementaux et alimentaires y jouent un rôle.

Le diabète

Le diabète continue à prendre les proportions d’une épidémie : en 2011, dans les États membres de l’UE, plus de 6% de la population (30 millions de personnes) de 20 à 79 ans souffrait de diabète. Le diabète de type 1 (où le corps est incapable de produire de l’insuline) représente 10 à 15% de tous les cas de diabète et il est à craindre qu’il soit en train de se développer à un âge plus précoce, chez les enfants. L’obésité et la sédentarité sont deux facteurs évitables de risque du développement de diabète de type 2 (qui provient d’une faible production d’insuline ou alors d’une insensibilité à l’insuline) et des complications qui y sont associées. Ceci est d’une importance majeure puisque la prévalence du surpoids et de l’obésité continue à augmenter.

Le surpoids et l’obésité

Cinquante-deux pour cent de la population de l’UE est soit en surpoids (indice de masse corporelle (IMC) de 25 à 29,9 kg/m²), soit atteint d'obésité (IMC ≥ 30 kg/m2). La prévalence de l’obésité varie de 8%, en Roumanie et en Suisse, à 25%, au Royaume-Uni et en Hongrie, avec une moyenne de 17% dans l’ensemble de l’UE (15,5% dans le rapport précédent 1). Sur la base de la taille et du poids autodéclarés figurant dans l’enquête 2009-2010 sur les comportements de santé des enfants d’âge scolaire (HBSC), un garçon sur six et une fille sur dix âgés de 15 ans sont en surpoids ou vivant avec l'obésité3. Les jeunes en surpoids sont plus enclins à sauter le petit déjeuner, sont moins actifs physiquement et passent plus de temps à regarder la télévision.

La consommation d’aliments et d’alcool, et l’activité physique

La consommation d’alcool

Depuis 1980, la consommation d’alcool a diminué dans de nombreux pays, y compris la France, l’Italie et l’Espagne, mais a augmenté dans d’autres pays (Chypre, la Finlande, l’Irlande). Chez les jeunes de 15 ans, on note une certaine baisse dans « l’ivresse » autodéclarée (avoir été ivre au moins deux fois dans sa vie) depuis la fin des années 1990 ; toutefois, les taux ont augmenté en Estonie, en Hongrie, en Lettonie, en Lituanie et en Pologne.

La consommation de fruits et de légumes

La consommation de fruits et de légumes est l’un des indicateurs majeur d'une alimentation saine. Les estimations figurant dans le rapport 2012 comprennent des données d’enquête recueillies auprès d’adultes. En 2008, dans les États membres de l’UE, environ 63% des adultes déclaraient manger des fruits et des légumes tous les jours.

Dans l’enquête 2009-2010 sur les comportements de santé des enfants d’âge scolaire (HBSC), seulement 33% des filles et 25% des garçons de 15 ans ont déclaré manger des fruits au moins une fois par jour (relativement peu d’évolution depuis le dernier rapport)3. Les résultats étaient similaires pour la consommation de légumes.

L’activité physique

Seulement environ un enfant sur cinq (de 11 ans et de 15 ans) a déclaré avoir un niveau d’activité correspondant aux 60 minutes par jour d’activité « modérée à vigoureuse » qui est conseillée. Par rapport à l'enquête précédente (2005-2006), les niveaux déclarés d'activité ont légèrement baissé, à la fois chez les garçons et chez les filles. L'activité physique diminue entre 11 ans et 15 ans, reflétant peut-être le passage d’une phase active de « jeu » à des activités et des sports plus structurés.

Vers l’avenir

L’obésité et le diabète montrent une tendance à la hausse dans toute l’Europe. Bien que beaucoup de choses aient été accomplies ces dernières décennies en matière de santé de la population, beaucoup de travail reste à faire pour promouvoir un mode de vie sain. Le rapport souligne la nécessité de surveiller les effets de la réduction des dépenses publiques de santé.

Bibliographie

  1. Food Today 03/2011. Health in Europe - how are we doing? 
  2. OECD (2012). Health at a Glance: Europe 2012, OECD
  3. Currie C et al. (2012). HBSC study: international report from the 2009/2010 survey. Copenhagen: WHO Regional Office for Europe.