L’innocuité de l’eau embouteillée

Dernière mise à jour : 03/03/2015
Table des matières

    Indépendamment du fait que l’eau potable sorte du robinet ou d’une bouteille, son innocuité revêt une importance cruciale. Les fabricants d’eau embouteillée doivent s’assurer que les eaux qu’ils produisent et emballent respectent des normes rigoureuses en termes de qualité et de salubrité.

    Introduction

    La plupart des eaux en bouteille en Europe proviennent de sources d’eau souterraine, comme par exemple les eaux minérales naturelles et les eaux de source conditionnées dans des contenants hermétiques en plastique ou en verre1. La situation est différente pour l’eau du robinet en Europe, qui provient pour l’essentiel de sources en surface (par exemple les rivières et les lacs) et doit être traitée pour en garantir son innocuité sur les plans microbiologique et chimique2-3.

    Quelle législation s’applique à l’eau embouteillée?

    Dans l’Union européenne, toutes les entreprises du secteur alimentaire produisant des eaux embouteillées doivent respecter le règlement (CE) n° 852/2004 relatif à l’hygiène des denrées alimentaires4. En outre, l’eau en bouteille est encadrée par une autre législation qui définit les différentes catégories d’eau embouteillée, leur extraction, leur traitement, les exigences de salubrité, la vente, l’étiquetage et l’emballage5-7.

    Quels types d’eau peuvent être embouteillés?

    Il existe trois types d’eau pouvant être mis en bouteille: les eaux minérales naturelles, les eaux de source et toutes les autres eaux potables.

    L’eau minérale naturelle est protégée de la pollution et est sûre au niveau microbiologique. Elle se distingue des autres eaux potables par sa teneur constante en minéraux et oligoéléments. Dans l’Union européenne, les traitements autorisés pour l’eau naturelle sont très limités : un traitement couramment utilisé est l’addition de dioxyde de carbone pour « gazéifier » l’eau.5 Avant que l’eau puisse être officiellement reconnue comme eau minérale naturelle, certaines informations doivent être fournies au sujet de la source et de l’eau elle-même (par exemple, il faut démontrer que la composition de l’eau reste stable). Une liste de toutes les eaux minérales naturelles reconnues en Europe est publiée sur le site Internet de l’Union européenne8.

    Le terme « eau de source » fait référence aux eaux de source souterraine qui sont sûres sur le plan microbiologique, et ce sans traitement. L’eau de source doit respecter plusieurs des conditions s’appliquant à l’eau minérale quant à la protection de la source (c’est-à-dire protéger la source des risques de pollution), l’étiquetage et le traitement. Cependant, l’eau de source n’est pas tenue de remplir le critère d’une composition minérale stable et caractéristique, comme c’est le cas des eaux minérales naturelles5-6.

    Autres eaux potables : il s’agit de la description donnée à l’eau embouteillée qui n’est ni une eau de source ni une eau minérale naturelle. L’eau potable provient de différentes sources, notamment des eaux de surface ou de l’eau du robinet. Son traitement est autorisé, ce qui permet à l’eau de satisfaire aux exigences microbiologiques et compositionnelles des règlements3.

    Comment les usines de fabrication assurent-elles la salubrité?

    Il est important que les usines de fabrication prennent toutes les précautions nécessaires pour garantir la salubrité de l’eau qu’elles embouteillent, indépendamment de sa source4. Les bonnes pratiques d’hygiène et de fabrication consistent notamment à:

    • protéger la source d’eau de toute contamination extérieure préalable à l’embouteillage;
    • protéger l’eau potable embouteillée pendant le transport et le stockage;
    • satisfaire à toutes les prescriptions légales relatives à l’eau embouteillée, y compris l’étiquetage.

    Le Codex Alimentarius a publié plusieurs codes de bonnes pratiques à l’intention des fabricants d’eau embouteillée qui peuvent être consultés sur leur site Internet9.

    L’eau embouteillée convient-elle aux nourrissons ou aux personnes ayant des problèmes de santé particuliers?

    Il n’est pas recommandé d’utiliser de l’eau embouteillée pour la préparation de lait infantile, car elle peut contenir trop de sel (sodium) ou de sulfates. Certaines eaux embouteillées ont des niveaux suffisamment faibles (c’est-à-dire moins de 200 mg de sodium et moins de 250 mg de sulfates par litre d’eau) et sont étiquetées comme étant adaptées à la préparation des aliments pour nourrissons. L’eau doit être plate (et non gazeuse). Qu’elle sorte du robinet ou d’une bouteille, l’eau doit être bouillie avant d’être utilisée pour le lait infantile10.

    Les patients atteints d’une maladie rénale doivent faire attention à la teneur en minéraux indiquée sur l’étiquette du produit et suivre les recommandations médicales d’un professionnel de santé qualifié.

    Conclusion - eau embouteillée ou eau du robinet?

    Les enjeux de santé publique liés à l’eau potable, qu’il s’agisse d’eau en bouteille ou d’eau du robinet, sont rares en Europe du fait des normes élevées en matière de qualité, de production et d’emballage des eaux. Selon des études menées au Royaume-Uni et en France, les préférences gustatives des consommateurs sont le principal facteur déterminant du choix de consommer de l’eau du robinet ou de l’eau embouteillée11-12. Par conséquent, consommer ou non de l’eau du robinet ou en bouteille est généralement une question de choix personnel.

    Références

    1. Reimann C & Birke M (eds.) (2010).Geochemistry of European Bottled Water. Stuttgart, Germany: Borntraeger Science Publishers.
    2. EUFIC (2015). Use of water in food production. Food Today n° 96
    3. Directive 98/83/EC on the quality of water intended for human consumption.
    4. Regulation (EC) No 852/2004 on the hygiene of foodstuffs.
    5. Directive 2009/54/EC on the exploitation and marketing of natural mineral waters.
    6. Directive 2003/40/EC establishing the list, concentration limits and labelling requirements for the constituents of natural mineral waters and the conditions for using ozone-enriched air for the treatment of natural mineral waters and spring waters.
    7. Regulations (EC) No 115/2010 laying down the conditions for use of activated alumina for the removal of fluoride from natural mineral waters and spring waters.
    8. European Commission (2015). List of Natural Mineral Waters Recognised by Member States, last updated 18 September 2015.
    9. WHO & FAO (2007). Codex Alimentarious Waters (1st Edition).
    10. NHS (2014). Formula feeding. How to feed your baby safely. Edinburgh, Scotland: NHS Health Scotland.
    11. IFEN (Institut Francais de L’Environnement) (2000). La préoccupation des français pour la qualité de l’eau. Les Donneés de L’Environnement 57:1–4.
    12. Ward LA et al. (2009). Health beliefs about bottled water: a qualitative study. BMC Public Health 9:196.