• create pdf for Systèmes de qualité des aliments : répondre aux questions courantes

Systèmes de qualité des aliments : répondre aux questions courantes

Dernière mise à jour : 14/06/2021

Certaines denrées alimentaires européennes sont réputées pour leurs caractéristiques de qualité uniques, telles que des liens étroits avec leur origine géographique ou des méthodes de production durables. Divers systèmes de qualité protègent ces produits à l'intérieur et à l'extérieur de l'Union européenne. Le rôle de ces systèmes est de garantir que les produits qu'ils protègent sont reconnus pour leurs qualités particulières, protégés contre la fraude et les abus, et que leurs producteurs sont équitablement rémunérés. Cet article répond à quelques questions sur ces systèmes et leur pertinence.

Comment les systèmes de qualité alimentaire profitent-ils aux producteurs et aux communautés rurales ?

La plupart des activités liées à la production et à la transformation des aliments protégés par les systèmes de qualité ont lieu dans les zones rurales. Un avantage direct de cette situation est qu'elle génère de nouvelles opportunités d'emploi souvent bien rémunérées pour les habitants de ces zones.1

D'un point de vue culturel, les systèmes axés sur l'origine géographique et les aspects traditionnels des aliments contribuent à la préservation et à la promotion du patrimoine culturel.1 Cela comprend la sauvegarde du savoir-faire traditionnel ainsi que la préservation des traditions gastronomiques. De plus, le caractère collectif du processus de certification rassemble différents acteurs et favorise la coopération locale. Si un produit gagne en popularité auprès des consommateurs, il peut attirer des touristes intéressés par l'histoire du produit, sa production, sa fabrication et son processus de contrôle de la qualité. En conséquence, les secteurs connexes comme le tourisme et l'hôtellerie dans les zones rurales peuvent également bénéficier de ces systèmes de qualité alimentaire. Le développement économique de ces régions peut également entraîner d'autres avantages tels que l'amélioration des infrastructures et des équipements publics, une meilleure utilisation des terres et une gestion efficace des ressources naturelles.2

Cependant, pour que ces avantages atteignent les communautés rurales et les producteurs, les produits protégés par des systèmes de qualité doivent être bien commercialisés. En outre, pour maximiser les avantages des systèmes de qualité, les procédures bureaucratiques complexes devraient être simplifiées et les pratiques frauduleuses éliminées.1

Les denrées alimentaires protégées sont-elles produites de manière durable ?

Lorsque l'on parle de la durabilité, il est important de considérer ses trois dimensions - sociale, économique et environnementale. Les systèmes de qualité alimentaire peuvent générer une valeur ajoutée significative, telle que de nouvelles opportunités d'emploi et d'entrepreneuriat, contribuant ainsi à la durabilité économique des zones rurales. En préservant les connaissances traditionnelles, la culture culinaire et l'identité régionale, ils favorisent la durabilité sociale.

Les systèmes nécessitent souvent l'utilisation d'espèces ou de races locales et de pratiques agricoles spécifiques. Cela peut avoir un impact positif sur l'aspect environnemental de la durabilité. Le projet Strength2Food a constaté que les produits protégés par des systèmes de qualité alimentaire impliquent moins d'émissions de gaz à effet de serre par hectare de terre par rapport aux produits non protégés.1 Pour les produits protégés en raison de leur situation géographique, étant donné qu'ils sont produits et transformés sur un certain territoire, les émissions liées au transport sont plus faibles. Cependant, la pollution de l'eau et l'empreinte carbone par tonne résultant de la production de produits protégés et non protégés sont généralement similaires.1

Le système biologique est particulièrement important dans le contexte de la durabilité environnementale, car la production d'aliments biologiques est connue pour offrir plusieurs avantages tels que le maintien de la biodiversité, l'amélioration de la santé des pollinisateurs, l'utilisation responsable des ressources naturelles et une meilleure gestion des déchets.3

Certains produits sont protégés pour leur origine géographique ainsi que pour leurs méthodes de production biologique. Ces produits peuvent offrir des avantages typiques des deux types de systèmes.

Les systèmes de qualité alimentaire de l'UE sont-ils reconnus en dehors de l’Europe ?

Les produits alimentaires protégés en raison de leur origine géographique sont reconnus dans le cadre du système européen des droits de propriété intellectuelle.4 Cela signifie que les noms de ces produits sont protégés au sein de l'UE ainsi qu'à l'étranger. Souvent, des accords de protection spécifiques sont signés entre l'UE et des pays hors UE pour garantir que les produits sont protégés contre toute utilisation abusive ou falsification. À l'inverse, les produits en provenance de pays étrangers peuvent également être protégés au sein de l'UE si un accord a été conclu.4 Des exemples de tels produits comprennent la sauce de poisson AOP Phu Quoc du Vietnam et le café IGP Doi Chaang de Thaïlande, sur lequel Strength2Food a enquêté. Cependant, certains systèmes de qualité comme le Label Rouge français sont spécifiques à chaque pays. Cela signifie que les produits qu'ils protègent ne sont reconnus pour leurs qualités spécifiques qu'à l'intérieur du pays.

La vente d'aliments d'origine protégée est une importante source de revenus pour les producteurs européens. En 2019, les ventes de ces produits représentaient 74,76 milliards d'euros.5 Plus d'un cinquième de ce montant a été généré par des ventes en dehors de l'Union européenne.5 Ces ventes n'ont été possibles que parce que les systèmes de qualité de l'UE sont reconnus et protégés à l'intérieur comme à l'extérieur de l'Europe.

Pour les aliments biologiques, des règles différentes s'appliquent. Si un produit est fabriqué à l'étranger conformément aux exigences de l'UE en matière d'agriculture biologique, il peut être exporté vers l'UE en tant que produit alimentaire biologique.6 Le fait qu'un produit alimentaire fabriqué dans l'UE, conformément aux règles de l'UE, soit reconnu comme un produit biologique en dehors de l'UE dépend de la législation du pays importateur.

Pourquoi les aliments protégés sont-ils plus chers ?

Pour plusieurs raisons, les produits protégés par des systèmes de qualité alimentaire peuvent être plus chers que les produits non protégés. La production de ces denrées peut être plus coûteuse en raison des exigences à respecter.1 Par exemple, une indication géographique pour un produit pourrait impliquer l’utilisation de ressources locales. Dans certains cas, cela pourrait être moins rentable que d'utiliser des ressources non locales. Les producteurs biologiques sont souvent tenus d'utiliser des produits spéciaux tels que les pesticides naturels qui peuvent être plus chers que les produits synthétiques. DE plus, la production et la transformation de produits protégés nécessitent souvent des employés hautement qualifiés possédant des connaissances spécialisées. L'embauche de tels employés peut être plus coûteuse pour le producteur.

References

  1. STRENGTH2FOOD (Strengthening European food chain sustainability by quality and procurement policy).
  2. Food and Agriculture Organization (FAO) (2018). Strengthening sustainable food systems through geographical indications: An analysis of economic impacts. Rome, Italy: FAO.
  3. Sandhu HS, Wratten SD, & Cullen R (2010). Organic agriculture and ecosystem services. Environmental science & policy, 13(1), 1-7.
  4. European Commission website, Quality schemes section. Accessed 18 November 2020.
  5. European Commission (2019). Study on the economic value of EU quality schemes, geographical indications (GIs) and traditional specialities guaranteed (TSGs). Brussels, Belgium: European Commission
  6. Commission Regulation (EC) No 1235/2008 of 8 December 2008 laying down detailed rules for implementation of Council Regulation (EC) No 834/2007 as regards the arrangements for imports of organic products from third countries